oddworld_abe_odyssey_1

Parfois, dire que tu passes une journée de merde c’est un euphémisme

Tu peux t’estimer heureux si c’est ton cas. Moi ça se compte en semaines complètes. Du lundi au dimanche sans interruption, ni RTT, aucun repos. C’est pire que travailler chez MC Do.

Je ne vais pas te faire une note pathétique où tu t’apitoierais sur mon sort, pour ensuite venir me prendre dans tes bras et boire un chocolat chaud. Non. Tu t’es bien rendu compte que c’était pas du tout mon genre.

Ma vie c’est un peu comme « le livre dont vous êtes le héros ». Tu te souviens de cette collection de livres, pour moi le premier RPG. Sauf qu’ici le mec il a rien demandé, il voulait faire ses trucs tranquille, aller en cours, prendre le bus, aller travailler. Classique. Non, je veux juste t’expliquer mon concept de #Journée2Merde. (Ça pourrait faire un bon hashtag).

Je te parle de ce genre de journée qui devrait être considéré comme des congés maladies à titre exceptionnel. Tu le sens quand ça arrive, t’es pas préparé mais tu anticipes sans pouvoir y faire grand-chose. A ce moment, tu te dis que t’as plus de point commun avec le personnage de Limbo que le reste de l’humanité.

T’as limite envie de virer méchant à la place de tout mignon comme la veille. Un peu dans le genre de Conker’s Bad Fur Days. Tirer dans le tas d’usagers des transports en communs qui se prennent pour des parisiens. Faire des croches pieds aux vieilles qui font semblant de te pousser avec leur sacs ou de te rouler sur le pied avec leur caddie. Tirer sur les gens qui sont pressé comme s’ils étaient importants. Les gens qui rigolent quand tu t’éclates avec ton skate et que t’as vraiment mal. Le vieux à son balcon qui te regarde et te sourit alors que tu viens de rater ton bus. Le mec de la SNCF qui n’est pas capable de te dire quel est le prochain train qui peut t’amener en cours parce que t’es en retard. Les HLM qui veulent pas me réparer le chauffage (Heureusement j’habite dans le sud ^^). Je peux continuer pendant des heures, y a pleins de monde qui y passerait. Moi inclus quand j’oublie que j’ai déjà appuyé sur le bouton de la Senseo une première fois, quand je ne me réveille pas à l’heure, quand je suis trop gentil, quand je suis trop serviable,… Moi je subis simplement le destin et ma bêtise.

Si ma poisse se résumait à un GTA-like, j’aurais d’office 5 étoiles à  mon réveil. T’as cette mauvaise impression d’être en boucle sur internet explorer. Malgré toutes les mises à jour possibles que tu feras au long de ta journée, t’as toujours le même message d’erreur « IE ne peux pas accéder à votre page, retournez-vous coucher ». Tu vas appuyer comme un fou sur F5, en espérant que ça change. Mais tu restes optimiste et te dit que ça ne peut pas être pire. Tu reboot ton système, vide ton cache, tes cookies, balance même un coup de Ccleaner mais rien y fait. T’es toujours dans la même journée. Tu veux envoyer balancer l’écran à travers l’appart, éclater ton clavier, tu rages sur ta souris. Ça n’aide pas.

Tu te demandes pourquoi toi, pourquoi tu t’es levé. Foutu karma. Je ne sais pas ce que j’ai fait pour mériter ce genre de péripéties et je m’en passerais bien. T’es comme Léon S. Kennedy, tu viens bosser et tu te retrouves dans une merde pas possible et tu sais que t’en sortiras pas. Sale journée qui s’annonce. T’avances sans savoir où tu vas et, le comble, tu ne peux pas te diriger vu que t’as un IPhone avec une batterie qui tient 1h.

Comme Shiryu, tu prends sur toi, te diriges vers la région des 5 montagnes pour méditer sous la cascade et essayer d’inverser la tendance. Et t’arrives enfin chez toi. Entier ? Je ne sais pas, mais t’es heureux. Tu t’affales sur le canapé, allumes ta console, te connectes et t’oublies cette journée.

Heureusement qu’on sait profiter des plaisirs simple pour contrebalancer ce genre de journée pourrie. Je finis ma journée comme je l’ai commencé avec « Delta » de C2C pour me détendre avant de crier contre la fatalité o_O’.  Enjoy it or Die.