10924190_10153450539296165_6478542643800505530_o

Comme d’habitude je voulais écrire un nouvel article pour rire, se détendre, prendre du bon temps. Je ne peux pas. J’ai déjà du mal à écrire ce texte. Ne me demandez pas ce que je fais là. Le 7 Janvier a eu lieu un acte innommable et écœurant. Je parle de ce fameux 7 Janvier 2015. Une date qui restera gravé dans la tête de certains et pour qui représentera le début d’un jour sombre et difficile. Je ne suis qu’un mec banal qui essaye d’écrire ce qu’il pense. Ce n’est pas une histoire que j’aborde mais j’aime à me sentir citoyen. Je ne dis pas que je m’insurge et milite pour tout et n’importe quoi. D’ailleurs je n’en ai rien à foutre de la politique et je n’en parle jamais mais par contre je sais que j’ai un devoir de citoyen à remplir et je le fais. C’est justement pour ça que je trouve normal d’ouvrir sa gueule quand quelque chose ne vas pas dans ce pays où je vis.

Aujourd’hui est un jour triste et étrange. Je parle d’étrange parce que je ne me sentais pas plus concerné que ça au début. Certes je n’excuse en rien ce qui s’est passé et je ne le cautionnerais jamais. J’ai pour nature d’être un anti-violent. La violence sous toutes ses formes me dégoûte. Le rejet de l’autre est quelque chose contre lequel je me bats. C’est quelque chose qui m’a toujours fait peur à mon égard et c’est pour ça que plus jeune je ne m’affranchissais pas comme nerd, geek.  Je me suis même permis de critiquer cette fausse hypocrisie dont faisait preuve les gens dans ces rassemblements qui ont eu lieu partout en France. J’ai même trouvé risible chez certain de mes contacts de s’afficher avec le texte #JeSuisCharlie alors que d’autres se pavanaient d’avoir vu les vidéos. J’ai trouvé ce voyeurisme malsain et dérangeant. La mort est quelque chose de l’ordre de l’intime et ne mérite pas cette médiatisation. Ces mêmes personnes qui n’avait jamais ouvert un Canard Enchaîné, un Hara-Kiri et ne savait même pas qui était les dessinateurs. Je trouvais pathétique cette fausse tristesse dans les yeux menteurs   de certaines personnes. C’était mon avis jusqu’à un certain moment.

J’ai assisté sans me rendre compte, à la bibliothèque municipale de ma ville à une minute de silence, cette fameuse minute de silence qui a eu lieu partout en France. Et là ça m’a frappé. Cette tristesse commune au gens m’a pris. J’ai ouvert les yeux et compris en quoi tout le monde pouvait se sentir touché. J’ai compris que ce qu’il avait fait au-delà de tuer ou blesser ces personnes-là,  ils avaient touché à tout un pan de choses auxquelles je tenais. Je comprends que des gens soient tristes mais ceux qui ne connaissait pas et qui agissait dans un mouvement de mimétisme pourquoi ils voulaient tant afficher cette tristesse. Et j’ai saisi l’ampleur des dégâts et je n’étais pas seulement triste, je commençais à avoir peur à mon tour. #JeNeSuisPasCharlie parce-que je me suis senti insulté en tant que musulman mais aussi qu’en tant qu’être humain. Je me suis senti insulté dans mes valeurs de respect pour les autres croyants, les chrétiens, les juifs, … J’ai toujours respecté les croyances de chacun et leur non-croyance car ça ne regarde personne d’autres qu’eux. Je ne me suis jamais moqué des différences dans le but de les blesser. J’ai ri des différences pour essayer de leur retiré cette gravité qu’on leur attribué. J’ai essayé de faire comprendre que je n’étais pas d’accord avec leur ligne de conduite. Je comprends leur démarche mais je n’étais pas d’accord avec… Mais PUTAIN de là à aller ôter la vie à des gens c’est quoi ce monde de merde. MAIS ON VIT DANS QUOI ? J’ai envie de hurler aux gens de se réveiller mais il est trop tard. Cet acte dégueulasse vient de tout briser. J’ai vraiment peur maintenant. J’ai peur pour moi, pour mes proches, j’ai peur  pour ma religion, pour ma liberté. Qu’est-ce qui va m’arriver maintenant ? Le 11 Septembre a commencé à nous stigmatiser et certains ont en profité pour tirer leur épingle du jeu. Voilà qu’être arabe était mal vu mais en plus de ça être de confession musulmane était devenu un « crime ». Je me suis senti, à partir de ce moment, obligé de me justifier sur mon choix de croyance. Obligé de défendre à mon échelle, les amalgames, les ignorances, les mauvaises interprétations. J’ai dû rappeler que l’étymologie du mot Islam était PAIX. Obligé d’expliquer que ma  religion prônait le respect des autres, la liberté, la vie. Je pourrais écrire des pages sur ces valeurs enseigné dans le Coran.

J’ai peur parce-que je vois des actes ignobles se fomenter, d’autres se réaliser et j’ai envie de pleurer le futur. J’ai peur que tout ce que je faisais ne sert plus à rien maintenant. J’ai peur de revoir venir les termes d’intégration, d’immigration islamiste, de violence revenir. J’ai peur que la liberté ne veuille plus rien dire. Que la fraternité ne sera plus universelle, que la solidarité entre les gens fasse place à la méfiance. J’ai peur de devoir me défendre d’attaques, de phrases, d’images. Je n’ai pas envie de voir un regard différent chez les gens.

J’ai pris conscience de ça et j’ai eu peur. Peur d’une société qui prône de nouvelles valeurs qui ne sont pas les miennes. Je vois les gens se transformer, des gens se lever, des gens appeler à la violence, la vengeance. Je ne peux pas tolérer que la violence appel à la violence. Je ne peux pas laisser ça arriver alors je crie, je hurle, j’implore d’arrêter tout ça. Nous prenons la mauvaise direction et ce n’est pas comme ça qu’on améliorera les choses. Ce n’est pas la bonne solution. Arrêtez avant de ne plus pouvoir revenir en arrière. On peut réparer. Arrêtez s’il vous plaît. Je vous en supplie. J’ai peur d’un jour remarquer votre regard quand je marche dans la rue, ce qui me fait le plus peur c’est de commencer à y faire attention. J’ai peur qu’on me dicte ma conduite à cause de mes différences. J’ai sérieusement peur que vous m’empêchiez de réaliser mes rêves, de vivre ma vie parce que je vous dérange. On peut faire tellement de choses ensemble que ça serait du gâchis. J’ai peur de prêter attention à ce que vous pensez de moi. J’ai peur que ça m’affecte. On avait la solution et on essayait alors ne nous n’arrêtons pas là. Mélangeons nous, faisons un mélange de nos différences pour en sortir plus fort. Nous irons plus loin et pourrons construire des choses magnifiques. Soyons unis face à la tragédie, face à la violence, face à tous ces gens qui veulent nous diviser, ceux que ça dérange. Œuvrons ensemble pour que nos différences soient nos boucliers face à l’adversité. Prenez le temps de connaître votre voisin. Ne trouvons pas d’excuse à ce qui s’est passé. Ne l’excusons pas non plus. Par contre ne le laissons pas nous briser comme l’aurait voulu les auteurs de cette tragédie. J’ai plus la force de continuer, les idées qui s’entremêlent.

J’ai une haine en moi incroyable, j’ai une peur qui m’habite et je vais la combattre comme je l’ai toujours fait et j’en sortirais plus fort. J’ai envie de faire disparaître cette tristesse et de célébrer la vie de ces victimes, de les honorer à ma façon en leur montrant que cet acte restera marqué en moi et que nous ne les oublierons pas au prochain fait divers. Que ce qui s’est passé n’a plus lieu d’arriver. Que c’était la dernière fois que la violence prenait le contrôle du monde et que la haine n’attise pas la haine. Que l’ignorance et la bêtise humaine vont être amenées à disparaître. Qu’on acceptera nos différences et nous serons unis. "Nous serons légions, nous n’oublierons pas, nous ne pardonnerons pas." (Anonymous)