attack-on-titan-anime-movie

« Je rêve d'éclater un type des Assedics. Oui, éclater un type des Assedics. Un bien con, borné, qui veut pas lâcher mon fric. Je rêve d'éclater un type des Assedics…Tu fais quoi ?... Je pointe au Pôle Emploi »

Toute les fins de mois depuis que j’ai « fini » mes études (oui les guillemets pour dire que je n’ai pas décidé de moi-même d’arrêter), je me retrouve à pointer au Pôle Emploi pour justifier d’une aide qui me permet de survivre. Oui survivre et pas vivre parce que c’est pire qu’un rogue-like. Chaque mois revient à faire des rations avec ce qu’ils me donnent. Faut être encore plus strict qu’un groupe de survivants dans un monde apocalyptique où tu dois gérer tes vivres de façon drastique. En tout cas avant ça faut te mettre sur ton PC et commencer à remplir le formulaire qui te rappel à quel point ton mois a été pathétique et vide. Oui tu n’as toujours pas de travail, et oui tu vis encore sur le dos de l’Etat. A ce moment tu te sens sale, mais d’une force impossible à calculer par les Google glass de l’armée de Freeza. Je suis à la limite de préférer de me faire surprendre sur un site de pr0n que sur le site de PE.

Le moment où tu ressens que ta vie est nulle c’est quand dans des soirées t'es amené à rencontrer des gens qui te poseront la question à laquelle tu ne veux pas répondre quand t'es au chômage. "Ou sinon tu fais quoi dans la vie ?" La réponse qui te vient en tête directement c'est "Ben là actuellement je perds mon temps à parler avec toi" mais ça tu ne peux pas. Tu dois sourire et écouter la personne en face de toi qui a un taff dont elle se plaint à longueur de journée ou le meilleur taff du monde et que pourquoi toi aussi tu n’as pas une vie de rêve. Euh… Comment t’expliquer… Nique-toi. Faut la laisser t'expliquer qu'elle a compris que la vie était faite de concessions et qu'on ne pouvait pas faire ce qu'on voulait dans la vie. Tu commences à y croire et c'est là ta plus grande erreur. Tu veux bosser dans un truc qui te plaît. Tu veux te lever le matin et avoir l’impression d’avoir un impact dans la société. Que ce que tu fais tu l’as décidé et que tu ne te l’ais pas imposé. Que ton travail t’en es  fier. Bref que t’as le boulot que tu voulais.

Donc tu vas en quête du Saint Graal. Mais chercher un emploi ça revient à jouer à où est Charlie pendant une éclipse avec des lunettes de soleil. Tu vois aussi bien que Shiryu des chevaliers du zodiaque. Le mec à chaque combat il se crevait les yeux un peu comme moi quand je lis les mails des recruteurs et leurs réponses aussi bien travaillé qu'un PNJ dans un jeu. Quand t'as épuisé les options de dialogues le mec reste bloqué sur les mêmes phrases. En fait tu te rends rapidement compte que peu importe tes faits d'armes, seuls tes points de charismes te permettront de tirer ton épingle du jeu. On n’est pas dans une méritocratie et pire encore quand t’habites dans des villes de merde où les gens sont employés pour leur affinités et non pas pour leur compétences. Oui je suis un haterz.

Le plus important c’est de ne pas lâcher l’affaire. Tout ce que tu feras sera un pas en avant pour atteindre ton objectif. Ne pas se laisser abattre et baisser ses prétentions. Faut tenir bon et avancer. Ça ressemble à la tornade de Mad Max Fury Road, mais tu peux t’en sortir. Sinon tu peux toujours postuler à Mc Do, ils recrutent. Dans mon cas, je vais devoir faire un détour mais au final, peu importe le temps que ça prendra j’arriverais à mon but. Tiens bon et accroche-toi à tes rêves. Dépasse-toi et n’écoute pas les gens. Chacun sa vie, ses épreuves et si les tiennes te paraissent irréalisables c’est que tu t’es perdu dans les limbes. Retrouve le chemin et n’hésites pas, parfois des gens sont là pour toi-même si d’autres sont là pour te tirer dans leur médiocrité. Concentre-toi et passe en mode Super Saiyajin.

Pour finir, je vous laisse avec un morceau qui reflète ma vision du couple et qui pète sa race surtout que c’est le générique d’une série complètement folle. Une série qui explique que l’on peut trouver de l’amour un peu partout mais surtout là où on ne l’attend pas. La seconde saison actuellement est encore mieux car elle parle de quelque chose que je n’ai jamais vu, la question de la maladie mentale sur fond de réalité. Donc je vous conseille You’re The Worst et je vous laisse avec le titre  7 :30 du groupe Slothrust.